Awasser




Depuis sa fondation, le club social à fait de l’altruisme un principe et un code de route, il ne cesse de cibler les personnes avec le besoin le plus urgent, un besoin qui  contrairement à ce qu’on peut croire n’est pas toujours matériel, il suffit parfois d’un mot, un sourire, une main tendue, pour égayer toute une vie, pour donner espoir à des esprits que la vie à empiétée…

Le projet visite s’inscrit sous cette même vision, car conscients qu’on peut toujours laisser notre emprunt dans la société, un considérable nombre d’élèves ingénieurs  de l’école hassania des travaux publiques donnent de leurs temps et de leur énergie pour faire réussir ce projet humanitaire, chaque année une recherche pointue est effectuée pour détecter les destinations des visites, que ca soit les hôpitaux ,les centres de protections de l’enfance ou les asiles, ensuite le travail commence pour collecter les dons au sein de l’écoles, pour dresser un planning détaillé de la visite, et pour préparer les activités de divertissement.

Les enfants au hôpitaux, victimes de cancers ou d’autres maladies chroniques,  ne sont pas comme les autres, la maladie à volé leur enfance, ils ont perdu le sourire, leurs douleur les  a fait oublier le gout de la joie, emprisonnés entre ces quartes murs blancs, les plus beaux moments de leur vie les fuient… c’est pour cela que ces élèves ingénieurs croient qu’ils ont une responsabilité à assumer, celle de les aider, de faire de leur mieux pour que ces innocents  croient encore à la vie, ils se relaient auprès d’eux pour les divertir, jouent avec eux, les font dessiner, peindre, les écoutent et les rassurent.

Leur présence apaisante permet aux enfants de s’évader de l’univers hospitalier et de rejoindre l’univers de rêve où ils s’épanouissent. Quelle que soit sa pathologie, bénigne ou grave, quel que soit son âge l’enfant a besoin de communiquer, de s’évader, de jouer, mais surtout de croire encore à la vie…

Les personnes âgés qu’on a délaissé, abandonné dans les asiles, ils ont beau élever, éduquer et aimer, mais une fois vieux, leurs chers  enfants les répudient, une honte certes mais qui est  indéniablement  existante dans la société marocaine. Loin d’être une fatalité les membres des clubs ont  toujours l’espoir d’y remédier dans le futur, maintenant et avec les modeste moyens qu’ils ont, ils font de leurs mieux pour donner à ces gens de l’espoir, leur parler, leur montrer qu’on a du soucis pour eux, qu’on les aiment même si on les connais  pas, on les respectent pour leurs sacrifices et dévouement.

Telle est l’ambition de ces jeunes actifs, chercher l’espoir là ou il semble inexistant, dessiner le sourire là ou seule la tristesse règne, ceci n’est certes pas facile, mais avec la volonté et la patience, on peut faire des merveilles.